22 février 2016

Encore moins de champignons que précédemment, le retour du froid a stoppé les velléités de pousses dues aux températures anormalement clémentes. Seuls les fureteurs trouvent matière à alimenter nos assiettes, à l’instar de Claude Tinlot, qui nous a gratifié de Patellaria atrata. C’est une  espèce peu visible, et qui ne se différencie que par la micro d’espèces d’aspect semblable, comme Rhizodiscina lignyota ou Dactylospora stygia. Photos de Claude Tinlot lui-même.

Patellaria atrata (Hedw.) Fr. 1822