Les lundis 2021

Lundi 29 novembre

Encore un bel après-midi à la SMF, avec plus de 150 espèces présentées. On a pu admirer par exemple ces beaux exemplaires de Haasiella splendidissima.

 

 

Lundi 22 novembre

Pseudobaeospora laguncularis

Cette rare espèce poussait sous Chamaecyparis. Elle se distingue des espèces voisines par sa microscopie : des cheilocystides et des caulocystides lagéniformes incrustées, pas de pleurocystides, une cuticule formée d’hyphes larges en boudins, munies de boucles. La potasse (KOH) donne une réaction verdâtre sur la cuticule.

 

Helvella fibrosa

Cette petite helvelle, dont le chapeau mesure 2 cm de diamètre, pousse le long d’une allée sableuse à proximité d’un cèdre. Elle est cupuliforme, de couleur brun sombre. Sa face externe et son pied sont fortement pubescents. Ses spores mesurées ne dépassent guère 17 µm de long.

 

Lundi 8 novembre

L’inventaire du bois de Vincennes s’allonge à nouveau avec deux espèces jusqu’à maintenant introuvables en ce lieu :

Mycena luteovariegata
La marge de son chapeau se teinte de rougeâtre-gris et son stipe est sub-concolore à violacé. Ces spécimens ont été récolté sous aulnes.

et Cortinarius diosmus

Il y a très peu de cortinaires (et d’hygrocybes) au bois de Vincennes car les zones calcaires y sont rares. Ce Cortinarius diosmus était sous tilleul et chêne près d’une zone calcaire où poussent des orchidées (zone clôturée du parc floral).

 

Mycenella salicina var. bispora a été rapportée d’Essonne, issue de pelouse calcaire, sous Juniperus. Cette espèce n’est pas très courante.

http://www.mycofrance.fr/wp-content/uploads/2021/11/Mycenella-salicina.pdf

Enfin, nous avons trouvé une surprise dans nos assiettes, sous la forme d’un Inocybe patouillardi égaré en automne ! Malheureusement, pas de photo in situ.

Lundi 1er novembre

Deux champignons rares venant de l’Essonne ont été rapportés et déterminés :

  • Lepiota grangei (vert sombre et rougissante)

  • Hygrocybe conicoides (lames rouges, pied tricolore : rouge, jaune, blanc du haut vers le bas)

Au jardin tropical a été trouvée également, pour la première fois, Otidea bufonia (sous pins et charmes)

 

 

 

 

 

 

Lundi 30 août 2021 : un petit mieux ?

Cet été atypique aura été un désastre pour les champignons, tout du moins en région parisienne, nous avons eu bien peu de chose à nous mettre sous la dent ces derniers temps, et les conditions météos ne s’annoncent pas franchement favorable. Néanmoins, nous avons pu voir ce lundi des Tricholoma viridilutescens, et des Inocybe quietiodor

 

 

Lundi 28 juin : un hypogée pour changer

Hydnocystis bombycina est assurément une rareté dans nos contrées, où les amateurs d’hypogées se font rares…on a vu aussi ces beaux Coprinellus flocculosa, la saison à l’air de se lancer, pas mal d’inocybes, dont I.xanthomelas..

 

 

 

 

 

 

 


Lundi 21 juin : des melanophyllum !

Toujours intéressant, ces Melanophyllum haematospermum. On a pu voir aussi Leucocoprinus cepistipes ( photo du bas)

 

Lundi 14 juin : ça vient, mais lentement

Quelque chose cloche pour nos champignons, qui font les difficiles. A noter quand même ces belles Amanita eliae.

 

 

Lundi 31 mai : froid !

Les ardeurs printanières ont vites été refroidies, pas mal de banalité quand même ces derniers lundi. Le 31, de belles Helvella calycina se sont faites admirer…

 

 

Lundi 14 mai : c’est reparti !

Enfin ! Entre les mesures sanitaires qui s’allègent, et permettent à nos sorties de reprendre, et la pluie qui nous fait la grâce d’arroser notre mois de mai, nous avons pu voir les champignons de printemps arriver dans nos assiettes, des classiques Calocybe gambosa aux plus rares Pleurotus cornucopiae. Nous avons choisi de vous monter les premiers inocybes de l’année, de beaux I. subnudipes ( ou albovelutipes, asinina, pseudograta suivant les synonymies acceptées ou pas…).

 

 

Lundi 8 février

Simocybe haustellaris a été apporté, il s’agit d’une espèce rare en Ile-de-France dont la teinte passe du blanc pur au beige. Elle vient sur bois mort de feuillu très humide.

Simocybe haustellaris (1er stade)     Simocybe haustellaris (2ème stade)